Les métiers

Ingénieur Sûreté de fonctionnement

La Sûreté de fonctionnement est le terme générique qui désigne simultanément 4 notions souvent interdépendantes : Fiabilité, Disponibilité, Maintenabilité et Sécurité. L’abréviation française est FMDS, ou RAMS en anglais (Reliability, Availability, Maintainability and Safety).
Sûreté de fonctionnement
L’ingénieur Sûreté de Fonctionnement analyse les systèmes pour identifier les pannes possibles et leur probabilité afin de pouvoir garantir et justifier son futur bon fonctionnement et ses performances. Il va travailler sur les éléments élémentaires d’un système ou sur le système complet tel qu’un aéronef, un lanceur, un satellite ou un système sol avec ses antennes pour diminuer le risque et l’impact des pannes et donc augmenter sa fiabilité globale.
Cette fonction est d’autant plus importante que les objets spatiaux sont très difficilement réparables, très couteux et potentiellement dangereux. Toutefois, ne pas oublier qu’un système parfait reste impossible ! Avoir une roue de secours à sa voiture permet de continuer sa route après réparation !
Ariane
 Ariane 5 est un lanceur parmi les plus fiables du monde grâce au travail, entre autres, des ingénieurs en sureté de fonctionnement.

Ses missions principales sont la réalisation des études de sûreté de fonctionnement, en utilisant les méthodes spécifiques pour d’une part identifier et évaluer de façon quantitative les risques de perdre ou de dégrader la mission et d’autre part pour analyser les impacts des pannes sur le fonctionnement, la performance et la sécurité du système :

  • Analyse des pannes possibles sur tout le matériel électronique, pyrotechnique et mécanique et sur le logiciel également :
    • Analyse fonctionnelle, (connaissance de tous les blocs fonctionnels en interaction dans le système),
    • Analyse préliminaire des risques, pour définir les évènements redoutés.
    • Création des arbres de défaillance, (trouver les causes des pannes et les enchainements et risque de propagation),
    • Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité (AMDEC), (localisation des pannes possibles, leur probabilité de se manifester, leur détectabilité, leur gravité, leur criticité, leur acceptabilité),
  • Réalisation d’études chiffrées :
    • Fiabilité intrinsèque et extrinsèque (avec les contraintes extérieures par exemple la température) du système étudié,
    • Disponibilité du système pour le client qui vend un service (par exemple la diffusion TV ou télécommunication sur la durée de vie n’autorise pas ou très peu d’interruptions de service suite à panne ou à de la maintenance corrective),
    • Construction de modèle couplant la physique et les probabilités soumis à des logiciels de simulation par la méthode de Monte Carlo (calcul de probabilité par tirage aléatoire),
  • Contribution à la rédaction des exigences techniques lors des études de développement du système,
  • Prise en compte de la protection des personnes (danger d’explosion, d’intoxication, irradiation, de pollution, …) et vérification de l’application des règlements de sécurité.
L’ingénieur Sûreté de Fonctionnement intervient tout au long du projet pour :

  • Comprendre les contextes et les besoins du système étudié
  • Formaliser les exigences,
  • Préconiser des solutions de redondances sur les fonctions les plus fragiles et rendre le système plus robuste,
  • Délivrer la documentation argumentée qui permettra de prouver au client et à ses assureurs le respect des exigences fixées. Ces analyses contribuent à autoriser la fabrication.
  • Accompagner les concepteurs tout au long du développement,
  • Participer à la synthèse des justifications permettant de démontrer que le système a atteint la fiabilité demandée,
  • Participer à la certification et à la qualification finale du système.

En cas de panne lors de son fonctionnement opérationnel des pénalités de plusieurs milliers d’euros peuvent être appliquées au fabricant si ces études n’ont pas été bien menées.

L’ingénieur Sûreté de Fonctionnement travaille au sein d’équipes pluridisciplinaires avec des ingénieurs spécialisés dans différentes disciplines techniques : électronique, thermique, mécanique, logiciel…

  • Il intervient en amont sur des produits nouveaux mettant en œuvre des technologies ou des processus innovants, et contribue à l’amélioration des systèmes existants et à leur maintenance
  • Il peut conduire des actions ou des projets de recherche
  • Il maintient et développe ses compétences (formation, colloques…)
L’activité professionnelle s’exerce dans tous les domaines du spatial : satellites, lanceurs, systèmes sols, vols habités.
Les applications associées sont : observation de la terre, télécommunication, positionnement et navigation, météo, exploration de l’univers, et expérience en micropesanteur.
Dans la très grande majorité des cas, le travail s’effectue au sein d’une équipe.
Cet ingénieur travaille dans son bureau en liaison avec le bureau d’études, le bureau de calcul, avec une plateforme technique ou un laboratoire, mais il se déplace également en salles d’intégration, sites d’essais et sur les sites de lancements.
Il est amené à voyager en France, en Europe et dans le monde pour assurer la livraison et la maintenance des produits, et également pour continuer à se former et à développer ses compétences…
Les compétences requises pour un ingénieur de sûreté de fonctionnement sont assez générales et dépendent du produit ou système sur lequel il travaille. Il doit avoir les compétences qui lui permettront de faire des études pertinentes de sûreté de fonctionnement. De ce fait, si l’ingénieur a en charge la justification des performances de sûreté de fonctionnement d’un système mécanique, il sera préférable, qu’en plus des compétences de bases, il ait des notions suffisantes en mécanique.

  • Les compétences de bases :
    • Notions de calculs des probabilités,
    • Notions d’ingénierie systèmes,
    • Méthodes et outils de sûreté de fonctionnement,
  • Analyse de risques,
  • Avoir un bon esprit d’analyse et de synthèse,
  • Bonne communication.
Le jeune diplômé commence sa carrière dans la conception et le développement de produits simples, puis prend progressivement en charge des produits plus complexes nécessitant la gestion d’équipes.
Il pourra ensuite évoluer vers les carrières du management de projet et/ou de chef de département.
Les débouchés sont nombreux en sûreté de fonctionnement. Les industries de pointes font des analyses de sûreté de fonctionnement sur leurs produits pour en augmenter la performation afin d’avoir un avantage compétitif sur la concurrence.

Salaire du débutant :

A partir de 2 500€ brut mensuel.

  • Ingénieur RAMS ou FMDS

Accès au métier

Bac + 5 : Diplôme d’ingénieur ou Université

  • Les Universités de Technologie (Compiègne, Troyes, Belfort-Monbéliard, …) proposent des cursus très complets pour les ingénieurs en sûreté de fonctionnement.
  • Certaines écoles d’ingénieurs :
    • AFMAé (CFA Métiers de l’aérien)
    • IPSA (Ecole d’ingénieurs en aéronautique et spatial)
    • ESTACA (école spécialisée sur les cinq secteurs des transports : aéronautique, automobile, naval, spatial et transports guidés et ferroviaires)

Parcours des formations

Formations aux métiers du spatial, un site actualisé proposé par l’ISSAT et ses partenaires

Mariane AMOROSI travaille chez Airbus Defense & Space dans la Sûreté de fonctionnement.

Métiers du Spatial ©2020